Un peu de nous

La séparation

Un mot fort et assez dur pour décrire une situation qui l’est tout autant. La séparation avec son bébé au moment de reprendre le travail… Quand on est en congé maternité on y pense souvent, mais cela reste abstrait, on vit au jour le jour et on évite de trop se projeter car on a envie de rester auprès de notre bébé. Quand j’étais enceinte, je me disais que 2 mois et demi c’était suffisant, même beaucoup, mais je ne réalisais pas le bouleversement que j’allais vivre avec Eva.

J’ai repris le travail mi-octobre, et déjà dès septembre j’avais un décompte dans la tête, et plus ça se rapprochait, plus la boule dans le ventre grossissait, et laissait la place à une certaine angoisse. Mais chaque jour était aussi un lot de découvertes pour Eva et nous, elle change tellement vite, donc malgré cette angoisse sous-jacente je profitais de mes journées avec elle en essayant d’être légère…
Puis est arrivé le mois d’octobre. Puis le moment de débuter l’adaptation en crèche. Et là tout est devenu réel, concret, et un flot d’émotions m’a envahie, je crois que cela a été l’une des épreuves les plus dures de ma vie. L’accouchement fait mal, mais cette épreuve est positive, elle donne la vie, on rencontre son bébé. Là cette épreuve me faisait me séparer de mon bébé de 2 mois et demi, avec qui je venais de passer toutes mes journées, une partie des nuits, avec qui j’ai une relation fusionnelle.

Un geste contre nature, donner son bébé à quelqu’un qu’on connait à peine, puis partir. J’étais bouleversée, déstabilisée, perdue, paniquée même, et je n’ai fait que pleurer pendant 3 jours. Heureusement le personnel à la crèche était adorable, m’envoyait des textos pour me donner des nouvelles, essayait de me rassurer… Je suis restée inconsolable un moment, puis je me suis fait violence, pour elle surtout car je ne voulais pas lui véhiculer mon angoisse, elle avait déjà suffisamment à vivre avec ce bouleversement. Elle semble bien s’adapter d’ailleurs, ça m’a aidée à relativiser.
Mais je trouve tellement difficile de faire vivre une telle épreuve à un bébé si petit, ma principale peur est qu’elle puisse penser que je l’abandonne, et qu’elle ne me pardonne pas… Je sais qu’à cet âge-là ce n’est pas possible, mais la peur est bien ancrée. Alors je lui parle beaucoup, je lui raconte pourquoi elle est à la crèche, ce que ça me fait de la laisser, je lui dis que je l’aime… Depuis son arrivée à la crèche, elle a arrêté de faire ses nuits, elle se réveille en pleurant. Alors hier soir j’ai pris encore plus de temps pour lui parler, la serrer contre moi, elle a beaucoup souri et je l’ai sentie plus détendue, sereine. Ce matin elle a tenu jusqu’à 7h au lit, alors je pense que cela a été bénéfique. Elle a besoin que je reste forte… Le barbu est un soutien énorme, il est solide, rassurant, déculpabilisant, une aide incroyable au quotidien.

La maternité est décidément truffée d’épreuves, que l’on n’imaginait pas. Et que l’on surmonte comme on peut, avec ses armes, ses faiblesses. On ne fait pas les enfants pour soi, mais c’est tellement difficile de les laisser. Tous les matins j’aurai un pincement au coeur en la laissant à la crèche, mais je sais que je suis tellement heureuse de la retrouver le soir… personne ne pourra nous enlever nos moments précieux à trois, en famille.

La séparation maman - bébé - www.www.tiny-paw.com La séparation maman - bébé - www.www.tiny-paw.com La séparation maman - bébé - www.www.tiny-paw.comLa séparation maman - bébé - www.www.tiny-paw.com La séparation maman - bébé - www.www.tiny-paw.com La séparation maman - bébé - www.www.tiny-paw.com La séparation maman - bébé - www.www.tiny-paw.com La séparation maman - bébé - www.www.tiny-paw.com La séparation maman - bébé - www.www.tiny-paw.com

Pyjama Aden and Anais de leur nouvelle collection.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Amélia
    18 octobre 2015 at 9 h 41 min

    Quel bel article tu as fait un travail énorme sur toi Tatiana. Ce n’est que le début tu seras de plus en plus forte et votre relation le serra aussi, et puis tu as besoin de recommencer à vivre pour toi aussi, c’est important de ne pas s’oublier dans cette relation fusionnelle. Hâte de voir la princesse qui ne fait pas ces nuits je commence à croire qu’on est jumelles 😜 et bravo encore pour ce bel article plein de douceur, et de sincérité

  • Leave a Reply